Ramer ?

Comme ce rameur isolé sur le Rhône devant le fameux pont d’Avignon, j’ai l’impression de ramer sans fin, non pas dans le sens du fleuve, mais à contre courant. Et comme tant d’autres, l’impression d’avoir fait du sur place depuis près de deux ans. Chaque fois que nous sortons un peu les rames de l’eau pour avancer, on nous oppose une nouvelle barrière pour bloquer nos élans.

Alors, comme Rimbaud, allons nous choisir de les descendre ces fleuves impassibles et nous laisser porter, rêver à ces berges accueillantes où tout serait permis ? Moi, cela fait des mois que j’ai cessé de ramer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s