Patatras

Je l’attendais depuis longtemps cette sortie, depuis deux ans en fait. Programmée déjà deux fois, et par deux fois annulée pour cause de confinements.

Ah oui, il s’agit de l’une des sorties organisées par l’Université Populaire, dans un souci d’éclectisme. Là nous sommes allés à la découverte du site gallo-romain de Saint Romain en Gal, le matin, et l’après-midi ce sont les monuments de Vienne que nous avons découverts, ou redécouverts.

Au musée de Saint Romain en Gal… fragments de vies passées

Et l’intérêt de ces visites organisées c’est d’aller à la rencontre de nos ancêtres, là les Allobroges, à la mode romaine. Et c’était passionnant ! Le site de Saint Romain en Gal le matin, un site exceptionnel où les riches gallo-romains de Vienne avaient choisi d’habiter, de l’autre côté du Rhône, là où la ville pouvait s’étendre et les riches domus s’étaler. Ce qui m’a étonné, lorsqu’on mesure la haute technicité de nos ancêtres, c’est que les Romains, eux, n’aient pas su adapter leur architecture et leur mode de vie aux conditions climatiques de l’endroit où ils étaient établis.

Et l’après midi, visite de la ville de Vienne, à la recherche là aussi des témoins de ce passé gallo-romain, les traces de la ville active, à la fois culturelle, religieuse, commerçante.

La juxtaposition des siècles : Vienne depuis St Romain en Gal à gauche (et le château de la Bâtie), et à droite maison médiévale derrière les restes du forum romain

Bien sûr nous avons beaucoup marché, j’étais fatiguée, mais cela n’explique pas tout, voilà en début d’après midi j’ai glissé, et patatras, je me suis étalée sur le trottoir. Plus de honte que de mal en fait, même si j’ai cassé mes lunettes, récolté dès le lendemain un beau coquard, et mal aux côtes, aujourd’hui encore, j’ai eu de la chance de ne rien casser ni sur le visage, ni à l’intérieur du corps. La honte, car c’était ma vraie première sortie de groupe depuis le premier confinement et il a fallu être encore une fois le point de mire, et celle qui retarde tout le groupe. Car, oui, ce n’est pas la première fois que cela m’arrive. Décourageant !

Mais finalement, j’ai pu continuer la visite, ce n’est que le lendemain que la douleur est arrivée, et je garderai un beau souvenir de cette journée. Je prévoie d’autres sorties de groupe, plus vers le printemps, aie, aie !