Écrire pour exister

Il est resté là près de la fenêtre et du potager de l’ancienne cuisine de la Maison Dupré Latour. C’est en effet ce lieu magnifique du centre ville de Valence qui accueille les ateliers d’écriture « écrire pour exister ».

Tout le temps de la séance, j’avais le regard qui allait vers lui, dans sa robe austère de négociant de la Renaissance. A-t-il influé sur mes choix ? Je ne crois pas. Plutôt la situation géographique qui m’avait fait revenir dans le quartier de mon enfance. Cela m’a sans doute aidé dans la démarche autobiographique pour tenter de retrouver l’atmosphère si particulière de l’après guerre dans une ville meurtrie.

Je voulais revenir sur le nom du site de ces ateliers ouverts à tous, « écrire pour exister », j’ai plutôt l’impression d’écrire parce que j’existe, que j’ai fini par exister par moi-même, à force de m’être cherchée à travers différentes manières de m’exprimer. Ce n’est pas l’écriture qui est venue en premier. C’est bien parce que j’avais pris de l’assurance grâce à la photographie et à la peinture, et tous les arts plastiques, que j’ai trouvé le courage, non d’écrire, mais de partager ce que j’écris.

%d blogueurs aiment cette page :