A chaque rêve qui se brise

Un matin je me suis réveillée sur un rêve,

je n’ose pas dire un cauchemar.

Je me faisais euthanasier

en douceur

par une injection

au niveau de l’anus.

Étrangeté due sans doute au problème

qui me pourrit la vie, le lichen.

Et je me suis éveillée au moment où le produit faisait effet,

et que l’engourdissement montait.

Cela se passait de manière sordide,

dans une cabine exiguë où je pouvais à peine m’allonger,

et ce après un chemin en labyrinthe pour trouver

et le bon endroit, et qui pouvait autoriser l’acte.

Photo de Anna Shvets sur Pexels.com

Je sais que cela reste interdit chez nous, mais le rêve autorise tout.

Ce rêve était en relation avec la journée de la veille, déception d’un rêve brisé, celui de faire découvrir la ville où j’ai vécu et tant aimé, Avignon, à un groupe. Aucune inscription, de quoi être bien triste. Et je ne me suis pas arrêtée là. J’ai regardé la télé très tard, et j’ai terminé sur l’une de ses séries que j’affectionne, qui montre des criminels dégénérés. Là, il s’agissait d’une personne attardée et qui refusait de l’admettre, et bien sûr, je me suis identifiée à lui.

Depuis, comme toujours, je me suis « reprise » et j’ai remonté la pente, mais les rêves brisés, à force de s’accumuler, nous rongent de l’intérieur, laissant des bleus et des lésions un peu partout dans le corps.

Ah oui, je suis pour le suicide assisté, mon rêve n’a rien changé.

%d blogueurs aiment cette page :