Premiers pas en 2022

J’ ai passé les dernières heures de 2021 à chercher la lumière, comme souvent lorsque je sors photographier. Là un rayon de soleil éclairait l’écorce orangée de ce petit arbuste dénudé. J’ai un peu forcé les couleurs pour que le mur ressorte bleu.

Le Rhône est sorti de son lit, comme souvent à cette période, la lumière du soir éclairait la ville de Valence, et ses clochers. Mais attention ; il faut garder votre chien en laisse, il ne faudrait pas qu’il aille se noyer.

Donc pour commencer cette nouvelle année, pas de surprise, je trie mes photos de la veille et je les publie sur le Net. J’ai passé ma matinée entre l’ordinateur et la cuisine, rien de bien neuf donc. Des velléités de changement, sans doute. Et zut, je n’ai pas terminé mon calendrier, celui qui me sert d’agenda, et où je peux tout noter, il se présente comme cela :

J’ai toutes les aquarelles, et le calendrier lui-même est terminé il ne reste que la mise en forme avec les illustrations et j’en suis au mois de juin… Ensuite il faut l’imprimer et le relier. Je vais bien trouver un moment pour le faire. PS: c’est fait je l’ai terminé le 2 au soir.

Dernières heures de 2021

La nuit tombe sur le Rhône en crue.

Le pont, la ville, s’éclairent pour les dernières nuits de 2021. Le jour s’est levé avec le brouillard, mais à présent le soleil est là pour cette toute dernière journée de l’année, journée qui se veut festive. Dans le contexte actuel, elle le sera bien moins. J’étais partie voir la crue du Rhône, c’est presque annuel en cette période, et elle est assez spectaculaire cette année. Mais je n’avais que mon smartphone d’où des photos dans l’ensemble inutilisables. Malgré tout j’aime l’ambiance de celle-ci car la nuit n’est pas encore venue gommer toutes les couleurs.

Des décos de fête par les villes

De jour et de nuit. L’arbre monumental prend vie la nuit. On lui a ajouté des décorations. Les villes rivalisent pour fêter Noël et la fin d’année. A Valence cet arbre est là tous les ans placé à ce que l’on peut considérer comme une entrée de la ville, pour ceux qui arrivent côté Rhône, ce qui était l’entrée de la ville d’avant le XIXe siècle. Mais là n’est pas le sujet.

Le même, en 2019, une vue latérale avec des guirlandes plus discrètes, comme celles qui ornent les arbres de la place des Clercs, devant la cathédrale.

En fait ce sont ces décorations que je préfère. Celles qui célèbrent la lumière à l’entrée de l’hiver. Les villes, depuis que Lyon a donné le tempo du gigantisme, rivalisent à présent dans toujours plus de plus. A qui proposera les illuminations à la fois les plus énormes, et les plus originales. Je persiste : je préfère les guirlandes discrètes et les lumignons aux fenêtres.

Poudre et après ?

Poudre dans mon appartement d’Avignon où elle a passé la majorité de sa vie de chat. Elle se couchait partout où elle le voulait, là sur le dossier du canapé, devant la bibliothèque que je n’ai pas pu emporter ici à Guilherand. Malgré tout ce qu’il y avait sur les étagères, Poudre n’a jamais été tentée, ni d’y grimper, ni de faire tomber les objets. C’était un chat gentil, elle ne m’a jamais fait de grosses bêtises. Bien sûr elle restait un chat, avec ses humeurs et sa liberté.

Si je parle d’elle aujourd’hui, c’est qu’il semble que j’ai passé le cap, et je me sens prête pour adopter un nouveau chat, pourvu qu’il, ou elle, ne soit pas trop jeune, car moi je ne le suis plus assez. J’ai jeté plusieurs lignes, j’attends les réponses, et je prépare l’appartement.

C’est ma résolution.

Selfie dans le vent pour une expo

Selfie involontaire. Je voulais photographier un beau coucher de soleil sur le Rhône, oui, mais voilà, le vent était trop fort ce dimanche et je ne voyais pas ce que je faisais. J’ai donc fait un selfie à la place et il montre bien la force du vent.

Je me rendais à Valence, pour le dernier jour de notre exposition photo, sur le thème, duo dualité. Une belle expo, décalée d’un an pour cause de confinement en novembre 2020. Mais il y a eu des visiteurs cette année, et des visiteurs contents, dans l’ensemble.

Mon « coin » sur le thème l’eau et la glace

J’avais choisi la dualité de l’eau, sous la forme solide de la glace mêlée à l’élément liquide. Photos souvenir de la « grande glaciation » de 2010, pour les photos d’Avignon, et d’une année presque normale, en 2018 pour la fontaine de Valence.

Avec nous, Sophie Quiblier présentait ses sculptures,

Exposition avec le collectif PHOTO726

Les feuilles mortes : une deuxième vie ?

La période des feuilles mortes est déjà passée, les arbres ont à présent leur silhouette de l’hiver. Celles tombées à terre ont le plus souvent perdu leur belle couleur. Mais j’avais trouvé un moyen de leur donner une seconde vie en les transformant en décos de fête :

Un : les ramasser et les faire sécher. A gauche j’avais voulu en faire des empreintes, mais cela n’avait donné rien de très intéressant. A droite, je les avais fait sécher à plat, sous presse, puis dorées ou décorées de paillettes pour les associer et leur ajouter des dorures. En deux, cela fait de belles décorations, pour peu que l’on prenne la peine de les ramasser tout de suite après leur chute.