Contre l’abandon des animaux

J’ai surnommé ce cliché « même pas peur ! »

Poudre n’était pas très télévision, mais elle a été captivée par ces reportages sur les refuges de la SPA. Se disait-elle qu’elle avait de la chance par rapport à tous ces animaux abandonnés ? Elle qui s’était réfugiée dans la voiture de la personne qui me l’a confiée, pour échapper à un destin de chat de la campagne abandonné à lui-même ? 

En tous les cas ces reportages étaient très bien faits et donnaient envie d’aller aider en tant que bénévole. C’est pour cela que, peu de temps après qu’elle soit partie, je suis allée porter les affaires de Poudre que j’avais en double et le stock de nourriture récemment acheté. Je voulais voir par moi même en me disant que plutôt que de reprendre un chat, ce qui m’était alors impossible, je pourrais aider au refuge. J’ai été un peu refroidie. Déjà lorsqu’on est à pied c’est plutôt compliqué de s’y rendre, ensuite l’accueil a aussi été plutôt froid. . Bref j’ai été plutôt déçue. Mais c’est vrai que ce n’est pas la SPA.

J’ai donc renoncé à ma velléité d’aller aider au refuge de Valence, et aussi de devenir famille d’accueil. C’est pourquoi je m’engage à nouveau dans l’adoption, ce devrait être imminent (et de continuer à être « compagnon » de la SPA). Une autre minette devait rejoindre Poudre dans mes albums photo, maintenant que la douleur est moins vive.

C’est cet article : « Merci pour ces chats de personne » sur le blog de Kimcat, qui m’a fait me souvenir, reprendre et compléter celui-ci que j’avais écrit pour Itinéraires, mon blog supprimé.

Poudre et après ?

Poudre dans mon appartement d’Avignon où elle a passé la majorité de sa vie de chat. Elle se couchait partout où elle le voulait, là sur le dossier du canapé, devant la bibliothèque que je n’ai pas pu emporter ici à Guilherand. Malgré tout ce qu’il y avait sur les étagères, Poudre n’a jamais été tentée, ni d’y grimper, ni de faire tomber les objets. C’était un chat gentil, elle ne m’a jamais fait de grosses bêtises. Bien sûr elle restait un chat, avec ses humeurs et sa liberté.

Si je parle d’elle aujourd’hui, c’est qu’il semble que j’ai passé le cap, et je me sens prête pour adopter un nouveau chat, pourvu qu’il, ou elle, ne soit pas trop jeune, car moi je ne le suis plus assez. J’ai jeté plusieurs lignes, j’attends les réponses, et je prépare l’appartement.

C’est ma résolution.

A Poudre !

C’était il y a un an jour pour jour…

Il y a un an Poudre me quittait, après une maladie courte mais violente, j’ai du la faire piquer. Je pense que j’aurais pour toujours l’image de son petit corps inerte entre mes mains. J’avais fait appel à tout mon courage pour faire cette dernière photo avec elle, les yeux marqués par une nuit sans sommeil et le chagrin, déjà.

Alors, oui, elle n’a toujours pas été remplacée et ne le sera pas. Une autre minette est venue chez moi, si différente que cela sera une nouvelle aventure (lundi 24 janvier 2022)

Le bonheur fait chat

J’ai fait des recherches dans mes archives photo et j’ai retrouvé ce cliché de Poudre. Je trouve que les chats savent incarner l ‘idée que nous nous faisons du bonheur, celui simple de savourer l’instant. Ils ont aussi une vraie aptitude à tout transformer en jeu, et savent nous apaiser. Bref, à l’absence de Poudre, s’ajoute le manque de la présence d’un chat à mes côtés.

A suivre…

Dégât des eaux

Mes anciens négatifs étaient bien rangés, notamment dans du papier cristal.  Mais détrempés pas le dégât des eaux ils sont resté collés… J’ai perdu mes négatifs, et ceux de mon père.

En août 2014 j’ai subi un dégât des eaux du au chauffe eau… situé dans une chambre, oui, oui. Et cette chambre était transformée en bureau/atelier, j’y stockais notamment mes archives, et comme je manquais de place sur les étagères, certains classeurs étaient posés à terre. Je n’ai pas chiffré, ni même inventorié tout ce que j’ai perdu. La valeur marchande ne pouvait atteindre celle sentimentale. Mais heureusement que Poudre m’a bien soutenue,

à gauche elle regarde, sidérée, l’eau qui a envahi toutes les chambres (à cause de la moquette – et le tuyau sert à vider le chauffe eau). A droite, elle m’aide à faire du tri dans les archives.

Mais ce dégât des eaux, pour catastrophique qu’il ait pu être, m’a au moins décidée à partir d’Avignon. Il fallait que je déménage, mais je n’arrivais pas à déterminer si je restais dans le Vaucluse, ou si je rejoignais maman dans l’Ardèche. En trois mois, je me suis non seulement décidée, mais aussi j’ai trouvé un logement et déménagé. Le traumatisme, lui est toujours là.

Avant de partir, un petit conseil : ne stockez pas de documents à même le sol, et si possible évitez aussi les pièces où il y a des tuyaux apparents, eux aussi peuvent fuir.

Une dernière pensée pour tous ceux qui ont été victimes d’inondations.

La rupture

Un jour de décembre 2020, Poudre m’a quittée, me laissant orpheline.

Elle squattait depuis peu le tapis de souris sur ma toute petite table, et moi je ne pouvais plus rien faire. Mais depuis, il ne me reste que le vide de sa présence et je n’ai pas encore pu adopter un autre chat. J’essaie de réorganiser ma vie autrement, en attendant d’avoir le courage de franchir le pas.

Je voulais devenir famille d’accueil, et cela demande encore plus de courage que je n’en ai. Et je n’ai pas du tout l’appartement qu’il faut pour ça, d’autant que je le délaisse lui aussi.

Voilà, je démarre ce nouveau blog comme j’avais démarré « Itinéraires » que j’abandonne car il ne me correspond pas du tout.