« The bathers » de Craig Hanna : le retour à la piscine ?

Elles m’avaient tapé dans l’œil ces baigneuses,  loin des formats standardisés de la mode, sauf par leur maigreur… Et je les avais choisies pour l’un des « Tableaux du samedi », sur mon blog « Entre Toiles et Papiers ».

C’était aussi l’occasion de parler d’un peintre contemporain qui est retourné aux codes classiques en les détournant avec les techniques actuelles (notamment la peinture sous plexiglas) et surtout nos préoccupations, ici l’apparence.

Graig Hanna sur Wikipedia

Né aux États Unis en 1967 il vit et travaille en France. 2012, l’année de cette œuvre, semble avoir représenté un tournant dans  son travail.

Si j’en parle ici, c’est que cela faisait partie de mes souhaits pour la sortie du confinement 2020 : retourner à la piscine. Oui, mais voilà, depuis je n’en n’ai plus du tout envie, encore moins le courage. Moi qui aime, dois-je dire « aimais », tellement l’eau, je n’ai plus du tout l’envie de retourner à la piscine municipale, avec tout le rituel, déshabillage, douche, traverser toute la piscine pour accéder au bassin du fond, tout ça pour faire les mouvements donnés par les kinés et nager un tout petit peu. Et le pire, sortir, retraverser toute la piscine, se re-doucher, puis se rhabiller encore toute humide.

Je me sens vraiment comme ces baigneuses, gauche et peu fière d’exhiber mon corps, ce corps qui m’a trahie et n’est plus vraiment le mien. L’été est revenu, avec lui la période où il y a le moins de monde à la piscine, et je n’ai toujours pas envie d’y retourner.